Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9398
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par Perkele »

J'avais remarqué que certains romans d'origine étrangère — scandinaves, notamment — n'étaient pas d'un style attrayant. À se demander comment de telles choses pouvaient être publiées. J'ai fini par rejeter la faute sur les traducteurs, si bien que j'en ai repéré trois (dont je tairai le nom) qui sont pour moi un critère de renonciation à la lecture d'un livre.

En revanche, Jacques Drillon, dans cet article ne se gêne pas pour relever les erreurs semées dans le très célèbre Millénium de Stieg Larsson.
https://bibliobs.nouvelobs.com/romans/2 ... enium.html
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Leclerc92
Messages : 3499
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par Leclerc92 »

Ah oui, effectivement, quelle collection. J'y note d'ailleurs le "définitivement" mentionné dans un autre fil.
Une pensée pour Jacques Drillon qui nous a quittés récemment.
jarnicoton
Messages : 1048
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

Re: Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par jarnicoton »

Mais d'excellents traducteurs au plan littéraire, qui limitent leurs fautes de syntaxe au dédain de l'imparfait du subjonctif, sont consternants dès que le roman se fait technique.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9398
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Re: Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par Perkele »

On ne saurait contenter tout le monde...
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
angeloï
Messages : 478
Inscription : jeu. 19 juil. 2007, 8:35

Re: Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par angeloï »

Perkele a écrit : lun. 07 mars 2022, 11:48 J'avais remarqué que certains romans d'origine étrangère — scandinaves, notamment — n'étaient pas d'un style attrayant. À se demander comment de telles choses pouvaient être publiées. J'ai fini par rejeter la faute sur les traducteurs, si bien que j'en ai repéré trois (dont je tairai le nom) qui sont pour moi un critère de renonciation à la lecture d'un livre.

En revanche, Jacques Drillon, dans cet article ne se gêne pas pour relever les erreurs semées dans le très célèbre Millénium de Stieg Larsson.
https://bibliobs.nouvelobs.com/romans/2 ... enium.html

L'acrimonie mesquine des traducteurs contre leur détracteur est bien de notre époque de petits égos d'enfants gâtés...
Avatar de l’utilisateur
Yeva Agetuya
Messages : 1659
Inscription : lun. 22 juin 2015, 1:43

Re: Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par Yeva Agetuya »

Je note le "suédoisisme" alors qu'existe "suécisme".
Leclerc92
Messages : 3499
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par Leclerc92 »

Alors là, chapeau ! Je ne connaissais pas le "suécisme" et peut-être Drillon non plus. Cependant, ce mot n'est pas vraiment entré dans notre langue et je ne crois pas qu'il soit dans un dictionnaire, quel qu'il soit. Seul un article de Wikipedia semble en donner une définition, attestée nulle part ailleurs, même si l'on trouve en ligne quelques ouvrages qui mentionnent le suicisme, parfois en italique ou avec guillemets, puisque c'est un mot calqué sur "gallicisme" (suécisme est formé sur le latin "Suecia", la Suède, comme gallicisme est formé sur Gallia, la Gaule, la France).
Néanmoins, le mot reste obscur et incompréhensible pour la plupart des lecteurs. Donc, si l'on souhaite s'inspirer des noms d'idiotismes existants (on en trouve une petite liste ici), il vaut mieux prendre un paradigme plus clair de dérivation, celui qui forme le nom de l'idiotisme directement sur le nom de la langue, comme latin a donné latinisme ; dans ce cas, de suédois, on tire suédoisisme, que tout le monde peut comprendre. Il n'est pas plus dans les dictionnaires et n'est donc pas plus légitime, d'autant qu'il entre aussi en concurrence avec suédisme, qui vise cependant plutôt des applications non linguistiques. Je le crois cependant meilleur que suécisme parce qu'il est clair et tout aussi correctement formé, d'une façon moins pédante.
Avatar de l’utilisateur
Yeva Agetuya
Messages : 1659
Inscription : lun. 22 juin 2015, 1:43

Re: Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par Yeva Agetuya »

Mais tout le monde comprend le mot gallicisme qui ne sonne nullement comme "France".

De même, si vous parlez d'hispanisme dans une conversation sur l'espagnol, tout le monde comprendra parce qu'hispanique n'a pas le statut d'adjectif savant. Idem pour germanisme et hellénisme.

Et parce nous sommes habitués à ces termes basés sur des racines latines, suédoisisme sonnera comme un bricolage comparable à portugophone.
Leclerc92
Messages : 3499
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Re: Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par Leclerc92 »

Il est quand même normal que les Français comprennent plus facilement gallicisime, bien connu des dictionnaires français, et éventuellement Gallia, qu'ils ont relativement souvent l'occasion de croiser, plutôt que suécisme et Suecia, l'un et l'autre extrêmement rares chez nous.
Pour la beauté du mot, "suécisme" me va bien. Pour me faire comprendre, je préfère "suédoisisme", tout bricolé qu'il puisse paraître. Cela dit, j'ai pu passer environ 70 ans sans me servir ni de l'un ni de l'autre, et il est vraisemblable qu'il en sera de même pour les 70 prochaines années ! :)
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9398
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Re: Du laisser-aller chez les traducteurs professionnels

Message par Perkele »

Durant les 70 dernières années nous ne rencontrions pas beaucoup de littérature nordique chez les libraires, ce qui est en train de changer.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Répondre