Les faux amis de la syntaxe française

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Les faux amis de la syntaxe française

Message par Perkele »

Dans un autre fil, Klausinsky nous a proposé :

RIEN DE MOINS QUE = pas autre chose que, tout à fait. Ex. "Votre discours n'est rien de moins que de la démagogie"

Et

RIEN MOINS QUE = pas du tout, nullement. Ex. (sic Klaus) "La vierge n'est rien moins qu'une prostituée"

Je vous invite à compléter cette liste.
Dernière modification par Perkele le mar. 22 mai 2007, 11:54, modifié 1 fois.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
amourdeliceetorgue

Message par amourdeliceetorgue »

J'avoue que je m'y perds un peu et que tous vos exemples ont fini par m'embrouiller l'esprit.
Je me demande si il n'y a pas deux constructions qui se mélangent.
une construction avec "moins que" et une autre avec "ne...que".
La première impose à mon avis un usage toujours positif et renvoie à un adjectif (sinon on n'y comprend plus rien):
Il est rien moins que fort. (il n'est pas fort du tout)
Un rauquement rien moins que tendre...(pas tendre du tout).

La deuxième est plus classique et sans équivoque. Il n'y a pas de basculement dans un sens négatif.
"Votre discours n'est rien de moins que de la démagogie". C'est de la démagogie.

Reste cette phrase qui appartient aux deux constructions possibles:

La vierge (n')est rien (de) moins qu'une prostituée.

J'ai quand même bien l'impression que, quelle que soit la forme adoptée, le sens a tendance à glisser vers une ambiguïté. La prudence voudrait qu'on ne risque pas une tournure, juste peut-être, mais à l'encontre du sens commun qui comprend exactement l'inverse de ce qu'on veut dire.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

amourdeliceetorgue a écrit :La prudence voudrait qu'on ne risque pas une tournure, juste peut-être, mais à l'encontre du sens commun qui comprend exactement l'inverse de ce qu'on veut dire.
C'est exactement ce que je conseille aux personnes avec qui j'aborde le sujet. :)

Ce qu'en dit le TLFi :
a) Ne... rien de moins que, rien de moindre que. Tout à fait, pleinement, bel et bien. Il n'est rien de moins qu'un héros, ou (vx) rien de moindre qu'un héros. Il est bel et bien un héros. Il ne s'agit de rien de moins que de se faire un regard sur toutes choses (VALÉRY, Variété V, 1938, p. 226).
b) Ne... rien moins que. Nullement. Ces ovules, ces germes des êtres supérieurs auxquels on assimile les « ovules primitifs », ne sont rien moins que des êtres simples (J. ROSTAND, La Vie et ses probl., 1939, p. 168).
Rem. Est parfois synon. de ne... rien de moins que. En raison de cette ambiguïté, l'Ac., LITTRÉ et de nombreux grammairiens (cf. p. ex. VINC. 1910) conseillent d'éviter ce tour: Il ne s'agit de rien moins dans les deux cas que de substituer un type général de recherches et d'hypothèses à l'empirisme (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1901, p. 383). Il ne faut rien moins que l'amour de Dieu pour que l'homme renonce à ce désespoir (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 113).
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Klausinski
Messages : 1295
Inscription : mar. 12 déc. 2006, 23:54
Localisation : Aude

Message par Klausinski »

J'ai donné d'autres exemples sur ce sujet :
http://www.achyra.org/francais/viewtopi ... 6&start=15

Les deux tournures, même si elles sont de sens opposé, s'emploient chacune avec "ne...que" ; la seule chose qui permet d'établir la différence, c'est le "de". Mais voici la remarque additionnelle que fait le TLFi :
Rem. Est parfois synon. de ne... rien de moins que. En raison de cette ambiguïté, l'Ac., LITTRÉ et de nombreux grammairiens (cf. p. ex. VINC. 1910) conseillent d'éviter ce tour: Il ne s'agit de rien moins dans les deux cas que de substituer un type général de recherches et d'hypothèses à l'empirisme (VALÉRY, Corresp. [avec Gide], 1901, p. 383). Il ne faut rien moins que l'amour de Dieu pour que l'homme renonce à ce désespoir (MAURIAC, Journal 2, 1937, p. 113).
« J’écris autrement que je ne parle, je parle autrement que je ne pense, je pense autrement que je ne devrais penser, et ainsi jusqu’au plus profond de l’obscurité. »
(Kafka, cité par Mauriac)
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Ne cherchez pas l'auteur des deux rectifications en rouge : c'est moi.
Je n'ai pas mis "péripatéticienne", c'est trop long :wink:
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

PRÊT À (PRÊTE À) = disposé à

PRÈS DE (invariable) = sur le point de

On dira : Martine n'est pas prête à renoncer et elle est près de réussir.
Dernière modification par Perkele le mar. 22 mai 2007, 11:55, modifié 1 fois.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Déjà entendu et évoqué par Jacques dans un autre sujet :

«Pour être élu au premier tour il faut obtenir la majorité des voix plus une».
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

Curieuse définition de la majorité absolue, en effet. :D Où l'avait-il trouvée ?
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Il m'arrive parfois pour plaisanter de dire à mon entourage : «A l'unanimité avec moi-même, j'ai décidé...» :lol:

Un autre que vous connaissez mais qu'il est bon de rappeler car parfois la langue fourche plus rapidement qu'on ne le croit :

Vous n'êtes pas sans ignorer employé dans le sens de vous n'ignorez pas alors qu'il s'agit du contraire : vous ignorez.
Si l'on veut absolument employer la négation, on doit dire vous n'êtes pas sans savoir : vous savez.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

RESSORTIR DE (3e groupe) = sortir à nouveau ; ex. Il ressortent du bureau

RESSORTIR À (2e groupe) = dépendre de, appartenir à ; ex. Ils ressortissent à la CPAM de leur département
Dernière modification par Perkele le mar. 22 mai 2007, 11:55, modifié 1 fois.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

Elle est AUSSI belle qu'une statue grecque. (adverbe comparatif d'égalité)

SI belle qu'elle soit, elle n'est pas vaniteuse. (adverbe d'intensité)
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Perkele a écrit :SI belle qu'elle soit, elle n'est pas vaniteuse. (adverbe d'intensité)
On ne peut donc pas dire «aussi belle qu'elle soit, elle n'est pas vaniteuse» puisqu'elle n'est comparée à rien du tout (j'aurais pu me faire piéger).
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

C'est une tentation courante... même le sachant. :D
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9712
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

TOUT DE SUITE = immédiatement, aussitôt, sans retard. Ex. Je vais manger dix gâteaux tout de suite.

DE SUITE = d'affilée, successivement. Ex. Samedi dernier, j'ai mangé dix gâteaux de suite.
Dernière modification par Perkele le mar. 22 mai 2007, 11:56, modifié 1 fois.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9173
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Perkele a écrit :Samedi dernier, j'ai mangé dix gâteaux de suite.
Eh oui ! Je pensais que de suite = tout de suite :oops:

Peut-on dire aussi : «j'ai mangé dix gâteaux à la suite» ?
Répondre