origine historique du mot "limoger"

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7236
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » mer. 12 sept. 2012, 11:48

Au service des archives par exemple, c'est peinard.

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7664
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » mer. 12 sept. 2012, 12:48

Claude a écrit :Au service des archives par exemple, c'est peinard.
Pour moi ce serait un cadeau : fouiner dans la paperasse à longueur de journée, mon rêve !
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Calou
Messages : 36
Inscription : lun. 05 mars 2012, 17:36

Message par Calou » mer. 12 sept. 2012, 14:40

:cry:
et moi qui suis archiviste (qui est un métier que j'ai choisi, et pour lequel j'ai fait de très longues études), pour de vrai, comme disent les enfants, comment dois-je prendre cela ?
Je sais que vous plaisantez, mais n'est-ce pas un lieu commun ?

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7236
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » mer. 12 sept. 2012, 14:52

Je constate que vous nous connaissez bien ; oui je plaisante, ne vous inquiétez pas, et à propos de peinard je parlais de ma haute fonction au sein du forum. :lol:

Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 7664
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele » mer. 12 sept. 2012, 15:40

Calou a écrit ::cry:
et moi qui suis archiviste (qui est un métier que j'ai choisi, et pour lequel j'ai fait de très longues études), pour de vrai, comme disent les enfants, comment dois-je prendre cela ?
Je sais que vous plaisantez, mais n'est-ce pas un lieu commun ?
Mais moi c'est vrai, j'aurais adoré ! Sans moquerie aucune !
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.

Calou
Messages : 36
Inscription : lun. 05 mars 2012, 17:36

Message par Calou » mer. 12 sept. 2012, 18:30

moi aussi j'adore mon métier... Je voulais juste faire remarquer que nous avons tous tendance à utiliser des lieux communs !

Hippocampe
Messages : 752
Inscription : dim. 17 avr. 2011, 18:15

Message par Hippocampe » ven. 16 nov. 2012, 17:48

Placard: sous-préfecture, ville de garnison, 14ème région militaire.

Avatar de l’utilisateur
Herdé76
Messages : 180
Inscription : ven. 01 juin 2012, 17:11

Message par Herdé76 » ven. 04 janv. 2013, 9:59

Dernière nouvelle, il semblerait que l'origine soit plus ancienne.
Le général Gaston de Gallifet aurait dit le 6 février 1883 : "C'est depuis cette époque que l'on a inventé le terme limoger. C'est peut-être la seule trace qui restera de moi". Il aurait prononcé ces mots à propos de sa nomination à la tête du XIIe corps d'armée à Limoges.

Avatar de l’utilisateur
Jacques
Messages : 14475
Inscription : sam. 11 juin 2005, 8:07
Localisation : Champagne (décédé le 29 mai 2015)

Message par Jacques » ven. 04 janv. 2013, 10:20

Mais c'est bien une sanction frappant des militaires, des officiers et non comme le dit l'auteur du sujet, des fonctionnaires en général (sans jeu de mots).
Si haut qu'on soit placé, on n'est jamais assis que sur son $$$ (MONTAIGNE).

Avatar de l’utilisateur
Herdé76
Messages : 180
Inscription : ven. 01 juin 2012, 17:11

Message par Herdé76 » ven. 04 janv. 2013, 11:50

À l'origine, oui ça concernait les militaires. Mais comme les militaires sont des serviteurs de l'État l'expression a été étendue aux autres fonctionnaires.
Ce qui est amusant dans le cas de Gallifet (connu aussi comme le sabreur sanglant de la Commune de Paris) c'est que sa nomination à Limoges était une vrai promotion, et non une sanction : obtenir à 52 ans sa quatrième étoile quand on a débuté simple cavalier, il n'y a pas de quoi se plaindre, d'autant plus que par la suite, après la retraite, il a été ministre de la guerre.

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7236
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » ven. 04 janv. 2013, 12:26

Quelle fierté pour son cheval ! :lol:

jarnicoton
Messages : 683
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

Message par jarnicoton » ven. 04 janv. 2013, 13:30

Herdé76 a écrit :À l'origine, oui ça concernait les militaires. Mais comme les militaires sont des serviteurs de l'État l'expression a été étendue aux autres fonctionnaires.
Ce qui est amusant dans le cas de Gallifet (connu aussi comme le sabreur sanglant de la Commune de Paris) c'est que sa nomination à Limoges était une vrai promotion, et non une sanction : obtenir à 52 ans sa quatrième étoile quand on a débuté simple cavalier, il n'y a pas de quoi se plaindre, d'autant plus que par la suite, après la retraite, il a été ministre de la guerre.
Quatre étoiles, en êtes-vous certain ? Le général de division en a trois et les titres plus élevées sont apparus après la guerre de 14. Mais je ne m'entends que modestement sur ce sujet.
Dernière modification par jarnicoton le sam. 05 janv. 2013, 0:37, modifié 1 fois.

Avatar de l’utilisateur
Herdé76
Messages : 180
Inscription : ven. 01 juin 2012, 17:11

Message par Herdé76 » ven. 04 janv. 2013, 13:53

jarnicoton a écrit :
Herdé76 a écrit :À l'origine, oui ça concernait les militaires. Mais comme les militaires sont des serviteurs de l'État l'expression a été étendue aux autres fonctionnaires.
Ce qui est amusant dans le cas de Gallifet (connu aussi comme le sabreur sanglant de la Commune de Paris) c'est que sa nomination à Limoges était une vrai promotion, et non une sanction : obtenir à 52 ans sa quatrième étoile quand on a débuté simple cavalier, il n'y a pas de quoi se plaindre, d'autant plus que par la suite, après la retraite, il a été ministre de la guerre.
Quatre étoiles, en êtes-vous certain ? Le général de division en a trois et les titres plus élevées sont apparues après la guerre de 14. Mais je ne m'entends que modestement sur ce sujet.
Non je n'en suis pas certain, c'était une façon de parler, puisqu'aujourd'hui un général de corps d'armée arbore 4 étoiles ; je me demande même si à l'époque les généraux arboraient des étoiles comme signe distinctif de leur grade. Ce qui est sûr c'est que Gallifet a commandé le XIIe corps d'armée... à Limoges dont il est question
:wink:

Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 7236
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude » ven. 04 janv. 2013, 14:19

Officiellement, il n'existe que deux grades dans le corps des officiers généraux, celui de général de brigade et celui de général de division. Les généraux de division sont ensuite « élevés au rang et appellation » de généraux de corps d'armée puis d'armée, selon un décret du 6 juin 1939.

jarnicoton
Messages : 683
Inscription : mar. 11 sept. 2012, 9:16

Message par jarnicoton » sam. 05 janv. 2013, 0:41

jarnicoton a écrit : Mais je ne m'entends que modestement sur ce sujet.
Ce que j'ai écrit là est sans doute mauvais ?

Répondre