La liaison sous tous ses aspects

Répondre
Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Message par Manni-Gédéon »

J'ai entendu récemment à la télévision :

- «en piteux (h)état»
- «le fameux (h)accident»

Pourtant c'est plus difficile à dire sans liaison qu'avec.
L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.
Gandhi, La Jeune Inde
Avatar de l’utilisateur
Perkele
Messages : 9293
Inscription : sam. 11 juin 2005, 18:26
Localisation : Deuxième à droite après le feu

Message par Perkele »

Il y a depuis longtemps une diction propre à la télé qui se traduit par des hachures très agaçantes.
Il faut faire les choses sérieusement sans se prendre au sérieux.
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4319
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

J'ai entendu une fois dans la bouche d'une jeune journaliste "un à un" sans liaison, ce qui était particulièrement laid.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9174
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

À l'inverse vous avez tous dû entendre la liaison mal-t-à propos quel va-t-être..., probablement un amalgame avec que va-t-il....
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

Un autre contre-exemple, déjà signalé sur FNBL. Je viens d'entendre à la radio : « Isabelle était, T-elle, apparue sur une vidéo... »
Avatar de l’utilisateur
Claude
Messages : 9174
Inscription : sam. 24 sept. 2005, 8:38
Localisation : Doubs (près de l'abreuvoir)

Message par Claude »

Il y a quelques années j'avais cité un extrait sur Jacques Chirac pour sa façon particulière de prononcer les liaisons :

« Poussé trop loin, le respect forcené des liaisons peut confiner au ridicule. On remarque d'ailleurs que les hommes politiques et présentateurs français des années 2000 (Jacques Chirac, par exemple, est coutumier du fait) appliquent une diction étrange consistant à prononcer automatiquement certaines liaisons indépendamment du mot suivant et d'introduire une pause (disjonction ou euh) à la suite de la consonne de liaison. Par exemple : ils ont entendu est normalement prononcé [ilz‿ɔ̃‿ɑ̃tɑ̃dy] ou plus soutenu [ilz‿ɔt̃‿ɑ̃tɑ̃dy]. Un locuteur pratiquant la prononciation fautive dont on parle dira [ilz‿ɔ̃t | ɑ̃tɑ̃dy] ([|] représente une pause ; « ils ont'... entendu ») [ilz‿ɔ̃təː(ːːː) ɑ̃tɑ̃dy] (« ils onteuh... entendu »). Pire, on peut même entendre ils ont décidé prononcé [ilz‿ɔ̃t | deside] (« ils ont'... décidé ») ou [ilz‿ɔ̃təː(ːːː) deside] (« ils onteuh... décidé »). Si, dans le premier cas, une pause entre deux mots reliés de manière si forte peut passer pour étrange de la part d'un orateur, dans le second, la liaison est pire qu'un pataquès puisque elle introduit un phonème de liaison inutile en l'absence d'hiatus ».
Avatar : petit Gaulois agité (dixit Perkele)
gerhec
Messages : 263
Inscription : sam. 01 nov. 2008, 16:33

Message par gerhec »

C'était bien vu!
J'y faisais allusion quelques pages au-dessus.
Qui eut cru que cette manière de parler allait s'appliquer à de nombreux "parleurs médiatiques "?
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

Quelqu'un sait-il pourquoi on fait la liaison d'« ils » ou « elles » avec « ont », « avaient », « étaient », « entrent » ([ilzɑ̃tr], ils entrent)..., alors qu'on n'imagine pas la faire (à moins que je me trompe ?) quand ces mêmes verbes ont pour sujet un nom terminé par S ([̃katrɔm ɑ̃tr], quatre hommes entrent) ?
Leclerc92
Messages : 3416
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 »

Il me semble que la liaison est possible dans "les hommes Zentraient", en langage soutenu. En revanche, j'avoue ne pas pouvoir la faire dans "quatre hommes entrent". Peut-être cela irait-il mieux si l'on pouvait dire "quatre Zhommes Zentraient" ?! :wink:
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

:D

C'est intentionnellement que j'ai proposé « quatre » et non « les » : comme vous, je ne me suis guère vu faire la liaison avec l'article, mais je ne l'ai pas totalement exclu, tandis que le numéral m'a paru y faire nettement obstacle.
gerhec
Messages : 263
Inscription : sam. 01 nov. 2008, 16:33

Message par gerhec »

André (G., R.) a écrit :Quelqu'un sait-il pourquoi on fait la liaison d'« ils » ou « elles » avec « ont », « avaient », « étaient », « entrent » ([ilzɑ̃tr], ils entrent)..., alors qu'on n'imagine pas la faire (à moins que je me trompe ?) quand ces mêmes verbes ont pour sujet un nom terminé par S ([̃katrɔm ɑ̃tr], quatre hommes entrent) ?
Dans certaines régions, on disait : ils h*-ont voulu venir avec nous.
A rapprocher de la prononciation d'un présentateur qui nous sert du :
"Quand h*-on....." Et il n'est pas le seul.
Avatar de l’utilisateur
Manni-Gédéon
Messages : 1217
Inscription : lun. 12 avr. 2010, 14:35
Localisation : Genève (CH)

Message par Manni-Gédéon »

Manni-Gédéon a écrit :J'ai entendu récemment à la télévision :

- «en piteux (h)état»
- «le fameux (h)accident»

Pourtant c'est plus difficile à dire sans liaison qu'avec.
mais :
- «des conclusions trop hâtives» avec la liaison...
L'erreur ne devient pas vérité parce qu'elle se propage et se multiplie ; la vérité ne devient pas erreur parce que nul ne la voit.
Gandhi, La Jeune Inde
Leclerc92
Messages : 3416
Inscription : jeu. 29 nov. 2012, 17:06

Message par Leclerc92 »

Dans une émission sur France 3 consacrée ce soir à la Rance, deux erreurs de prononciation en sens opposé :
une petite anse, prononcé comme petite hanse avec donc une disjonction au lieu de la liaison normale.
la ville haute, prononcé comme villaute ou ville hôte, avec liaison au lieu de la disjonction normale.
André (G., R.)
Messages : 7437
Inscription : dim. 17 févr. 2013, 14:22

Message par André (G., R.) »

Je les confirme, ces erreurs, pour les avoir perçues moi-même. Une anse prononcé comme une hanse me fait penser à un auvent devenant un haut vent dans la bouche de certains.
Avatar de l’utilisateur
Jacques-André-Albert
Messages : 4319
Inscription : dim. 01 févr. 2009, 8:57
Localisation : Niort

Message par Jacques-André-Albert »

On entend aussi fréquemment une hanche d'instrument de musique. On pourrait aussi mentionner l'absence fautive de liaison dans : il est humble, il est humide, puisque ces adjectifs, qui viennent du latin humilis, possèdent un h muet, tout comme homme, humeur, hostile, hôpital, horreur, heure, honneur... la liste est longue.
Rappelons que la prononciation du h initial s'est maintenue dans les mots d'origine germanique, comme hache, hanche, heaume, haricot, etc.
Pour Hérisson, d'origine latine, le TLFI parle d'un h initial probablement d'origine expressive, mais la question reste posée.
Quand bien nous pourrions estre sçavans du sçavoir d'autruy, au moins sages ne pouvons nous estre que de nostre propre sagesse.
(Montaigne - Essais, I, 24)
Répondre